Activités 2011 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Portes ouvertes aux Archives de l'état à Cointe
11-12-13 juin 2011
Rue du Chéra, 79
Salon de généalogie aux Archives de l'État à Liège Version imprimable Suggérer par mail

Les 11, 12 et 13 juin 2011, les Archives de l'État à Liège et l'asbl CELIDA ont organisé, durant leurs portes ouvertes bisannuelles, le 1er Salon de Généalogie et d'Histoire de la Province de Liège, auquel participaient une vingtaine d'exposants venus présenter leurs activités et vendre leurs publications.
Sociétés de généalogie et d'héraldique, d'histoire et d'archéologie locales, écrivains liégeois et conférenciers ont attiré un public nombreux (environ 750 personnes), composé tant d'habitués de notre salle de lecture que de visiteurs s'intéressant à l'histoire liégeoise ou de leur famille ou simplement curieux de faire notre connaissance.
La S.H.A.P.H. était présente.
De nombreux visiteurs se sont arrêtés à notre stand tenu durant les trois jours concernés.
Nous avons pu répondre "en direct" aux demandes qui nous ont été faites et mettons tout en oeuvre pour poursuivre notre travail d'information.

FORUM D’HISTOIRE RÉGIONALE
«REGARDS SUR LE DUCHÉ DE LIMBOURG »Le samedi 22 octobre 2011
A la Maison du Tourisme du Pays de Herve
Une organisation de la S.H.A.P.H
En partenariat avec la S.V.A.H.

Au programme :

9h00 : accueil des conférenciers et du public

9h30 : introduction par Th. Lambiet, président de la S.H.A.P.H.

9h45
: Herve, sa Franchise, sa Seigneurie, par André Moureau, historien
Trois temps forts de l’histoire hervienne vous sont proposés à partir de quelques  problématiques.
D’abord, quand Herve devint-elle ville ? Quand a-t-elle eu son premier sceau ? Dans un document daté du 29 août 1276, les échevins de la ville de Herve déclarèrent que le duc de Limbourg Waleran IV vend à l’abbaye de Val-Dieu le bois allodial appelé Herbibois, situé près de Herve. C’est le début de l’histoire de la ville, franche, libre et fortifiée. Où se situait le château construit probablement sous Waleran IV ? Le profil de la ville s’est-il modifié dans l’ancien régime ?
Ensuite, quelle est la première mention du château de Crèvecoeur plus récent que celui de Herve, situé à une centaine de pas de la ville, juste à l’entrée du territoire de Battice ? Dans quel contexte, Robert, comte d’Aspremont et baron de Linden, est-il installé comme seigneur de la Franchise et des Hauts Bans de Herve ?
Enfin, dans le riche patrimoine littéraire et musical hervien, épinglons deux traces importantes liées à l’histoire hervienne. Les péripéties du roman historique « Eva de Mulrepas » de Charles Moreau (1835-1882) se passent entre 1283 et 1288 et les différents épisodes se déroulent dans la région de Herve : le fil conducteur du roman est la fameuse inimitié entre les  Scavedris et les Mulrepas. Les scènes de l’opéra « Le spectre de Crèvecoeur » se déroulent au château sous le règne d’Albert et d’Isabelle au XVIIème siècle. Il est sans doute inspiré d’une autre œuvre de Charles Moreau : « L’esprit du château de Xhéneumont ». A. MOUREAU

10h45 : « Les langues en contact dans l’ancien Duché de Limbourg: documentation historique du ‘mariage intime’ des langues du terroir », par Léo Wintgens, Docteur en Philosophie et Lettres ULG, Membre de la Commission Royale de Toponymie et de Dialectologie, Bruxelles, président du Centre de Recherches linguistiques, Montzen.
Le francique carolingien, une des langues du terroir utilisées dans l'ancien Duché de Limbourg autant que dans le territoire de l'ancienne ville impériale d'Aachen/Aix-la-Chapelle, a un passé illustre. Du 13e au 16e siècle. au moins, une norme, la scripta ripuarienne, a été langue littéraire et diplomatique au sein des territoires entre la Meuse et la Moselle. Tout au long de ses recherches scientifiques, le conférencier a analysé les documents historiques en comparaison avec la langue régionale actuelle, son véritable idiome racine. D'éminents linguistes ont affirmé que les dialectes jouxtant la "frontière linguistique" contiennent in a nutshell toute l'histoire de cette région de contacts culturels intenses au cœur de l'Europe ancienne et nouvelle.
C'est pour ces raisons que le philologue s'attache autant à l'analyse qu'à la promotion de cette langue qui mérite d'être sauvegardée comme patrimoine immatériel mondial. Par conséquent, Léo Wintgens souscrit pleinement l'avis d'Armand Boileau, son promoteur à l'Université de Liège qui, craignant un dénigrement radical du dialecte ancestral à cause de sa parenté avec "la langue de l'ennemi", écrivait, dès 1952 :"Qu'on le veuille ou non, malgré le mépris qu'il suscite dans certains milieux, bien intentionnés peut-être, mais en tout cas mal éclairés, la vitalité du plattdütsch limbourgeois est une réalité à prendre en considération. Le traiter en intrus serait injuste, car il appartient au patrimoine national." (A. BOILEAU, Le patois germanique du duché de Limbourg, in Zeitschrift des Eupener Geschichtsvereins, 1952, 2e année, n° 1, p. 9.). L. WINTGENS

11h45 : apéritif
12 h15 : repas au « Le Quai des Champs », restaurant sur le site.Au menu :
Carré de porcelet, sauce  au Herve doux
Tartelette aux pommes tiédie et boule de vanille

14h00 : "Moines, bois, champs et prés. Ce que l'exemple du Val-Dieu nous apprend sur l'économie rurale du duché de Limbourg au Moyen Âge », par Nicolas Schroeder, aspirant FRS-FNRS sous la direction du Prof. J.-P. Devroey (ULB)
Au XIIIe siècle, une communauté de moines cisterciens s'installa à la limite entre le duché de Limbourg et le comté de Dalhem pour fonder l'abbaye du Val-Dieu. A une période d'expansion du temporel monastique  succédèrent une stabilisation au début des années 1270 et, ensuite, un douloureux retournement. Les difficultés s'amoncelèrent au point de  menacer la continuité de la vie en communauté au milieu du XIVe siècle.
Cette crise ne doit pas être vue comme un phénomène isolé, touchant  uniquement le Val-Dieu. Elle est en effet directement liée à   l'évolution de la société et de l'économie rurales au bas Moyen Âge  dans le duché de Limbourg. En cherchant les causes structurelles des  difficultés rencontrées par les moines du Val-Dieu, c'est un monde de paysans, de bois, de champs et de prés qui se révèle, avec ses dynamiques et ses contradictions.  N. SCHROEDER
 
15h00 : « Les Très Riches Heures du duc de Berry, œuvre des frères de Limbourg », analyse par Thomas Lambiet, historien et président de la SHAPH 
Les "Très Riches Heures du Duc de Berry", c'est un monument du monde de la miniature médiévale. Mais, pour notre région, c'est l'œuvre de trois frères issus du Duché de Limbourg. Pol, Jean et Herman  de Limbourg  sont des enfants du Pays, exilés en France pour réaliser pour Jean de France, duc de Berry, un exceptionnel livre d'Heures, à la fois recueil de prières, à la fois témoin de l'activité humaine, tout en glorifiant bien entendu le promoteur, le duc de Berry. Ce manuscrit est un des plus beaux et des plus fameux que nous ait laissés le Moyen Age. Th. LAMBIET

16h00 : Conclusions par Joseph Jacob

Merci aux conférenciers de la S.H.A.P.H. pour leur apport à cette journée de l’histoire ainsi qu’à MM. Wintgens et Schroeder, spécialistes en ces matières qui nous ont instruits. Merci à la  ville de Herve, à la commune d’Aubel et à la Maison du Tourisme du Pays de Herve pour leurs interventions à des titres divers.
Merci à vous tou(te)s pour votre intérêt pour l’histoire régionale et pour notre Société.


LA S.H.A.P.H. EN QUELQUES MOTS

La Société d’Histoire et d’Archéologie du Plateau de Herve a vu le jour  en 1960 à l’initiative de deux personnes qui l’ont profondément marquée, M. l’abbé Maurice Dechaineux  et  M. Joseph Schnackers, tous deux décédés. D’autres ont suivi qui ont contribué à en faire son renom tels M. l’abbé Demollin, Mr E. Chefneux, ... et plus récemment, M. J. Levaux, J. Recken, ...

Ses statuts résument bien ses compétences :
- S’intéresser à toutes les questions relatives tant à l’histoire du pays qu’à l’histoire des familles, avec les branches adjuvantes : archéologie, toponymie, linguistique,  généalogie, ... ;
- Réunir ses membres actifs et adhérents au moins une fois par trimestre, et organiser conférences, visites, cercles d’études, carrefours, etc.…;
- Publier périodiquement une ou deux fois par an un Bulletin relatant les activités de la Société ou diffusant les études et travaux de ses membres effectifs ou correspondants;
- Créer éventuellement un musée régional (folklore, artisanat, fouilles) et une bibliothèque
 (ouvrages, archives);
- Collaborer étroitement avec les sociétés similaires de la région  ainsi qu’avec les établissements d’instruction en s’efforçant de réunir une documentation à la portée de tous.
Depuis 1960, à travers ses écrits et ses activités, ses membres, dont certains sont historiens, d’autres simplement passionnés d’histoire locale, tou(te)s bénévoles, se font un honneur d’œuvrer pour que chaque activité, chaque écrit, soit réalisé(e)  dans l’esprit de ses fondateurs.

Ses écrits :
Périodiquement, parait un Bulletin qui publie  les études et travaux de ses membres effectifs (affiliés) ou correspondants (extérieurs). Il s’agit d’articles de qualité, rédigés sur un thème précis, parfois en rapport avec les activités du moment (visites, conférences, forum,...). Près de nonante  bulletins ont été publiés à ce jour. Ils font partie de la bibliothèque de la SHAPH, accueillie à l’Echevinat du Tourisme de la Ville de Herve.
La bibliothèque est aussi constituée de livres et revues en français, parfois en néerlandais et en allemand, qui traitent d’histoire, d’archéologie mais aussi des arts, d’architecture, de tourisme...
Tous ces ouvrages peuvent être consultés sur demande (voir la secrétaire M.-F. Smets). Certains bulletins peuvent encore être achetés et d’autres, épuisés, photocopiés. La liste de bulletins encore disponibles se trouve sur notre site.

Ses activités :
Multiples et variées, elles sont annoncées  dans le détail aux membres par courrier et à tout public,  par la presse ou sur notre  site créé en 2009 : www.shaph.be
- Conférences (organisées par la Société ou en partenariat) ;
- Visites (idem) ;
- Participation aux activités des sociétés partenaires (Cercle Culturel d’Aubel, le Réverbère à
   Thimister, la S.V.A.H., ...) et membre du C.H.A.C. ;
- Collaboration à l’organisation d’évènements (Journées du Patrimoine, Journée du Souvenir,
   projets communaux,...) ;
- Partenariat avec la ville de Herve quant à la vocation culturelle de l’ancienne chapelle
   du Collège Royal Marie-Thérèse ;
- Organisation d’un Forum de l’Histoire tous les deux ans depuis 2007 en partenariat
   avec la S.V.A.H. (elle-même fait de même une année sur deux). Journée complète  consacrée
   à l’histoire locale sur un thème précis ;
- Organisation d’expositions en 2005 (La guerre 40-45) et en 2011 (Les ressources minières du   Plateau de Herve) ;
- Collaboration avec les écoles, de Herve principalement, par la rédaction de livrets
   pédagogiques et invitations aux élèves à visiter les expositions avec leurs professeurs.

Son site Internet :
Crée en  2009, il reprend tous les titres de la bibliothèque, les activités dans un calendrier régulièrement mis à jour, de nombreux liens en rapport avec ses attributions et depuis peu un
« album photo ». Il se veut le plus riche possible en informations et devrait encore évoluer avec d’autres objectifs en vue... A suivre.
Voir : www.shaph.be

La SHAPH est ouverte à tou(te)s, sans distinction aucune.
Certaines de ses activités sont entièrement gratuites, telles les conférences généralement.

Pour être membre, il suffit de payer une cotisation annuelle (18€). Celle-ci donne l’avantage de pouvoir recevoir gratuitement le bulletin (au prix presque semblable) paru l’année de la cotisation et de recevoir une lettre personnalisée avec le programme des activités.

Venez nous rejoindre - Participez à nos activités - Ou (et) devenez membre....
 Nous vous attendons.

Le président :
Thomas Lambiet
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir ou Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir    0486/84 99 37


 
Le trésorier :
Jean Rennotte
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir    0499/63 32 80
Paiement des cotisations à effectuer au compte bancaire : BE 42 3480 4491 9754.

 
< Précédent